Richard Stallman annonce qu’il est « toujours à la tête du projet GNU », car « le projet GNU et la Free Software Foundation ne sont pas les mêmes », dit-il

Uncategorized

Richard Matthew Stallman s’est adressé hier à la communauté pour annoncer que, malgré sa démission de la présidence de la Free Software Foundation, il demeure toujours à la tête du projet GNU. Le message de Stallman intervient environ deux semaines après qu’il ait démissionné de son poste au CSAIL, le département de recherche en intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology (MIT), et de son poste de président de la Free Software Foundation, l’organisation qui soutient le mouvement du logiciel libre et le projet GNU.

La démission de Richard Stallman de la FSF

Richard Matthew Stallman, 66 ans, est un programmeur et un militant du logiciel libre. Il a initié le mouvement du logiciel libre et en 1983, il a lancé le projet GNU et la licence publique générale GNU connue aussi sous le sigle GPL. Il a popularisé le terme anglais « copyleft ». Programmeur renommé de la communauté informatique américaine et internationale, il a développé de nombreux logiciels dont certains des plus connus sont l’éditeur de texte GNU Emacs, le compilateur C de GNU (GCC), le débogueur GNU (gdb), le moteur de production GNU Make, etc.

Il y a environ deux semaines, Richard Matthew Stallman, principale protagoniste du mouvement du logiciel libre et initiateur du projet GNU, a adressé un mail à la communauté informatique annonçant sa démission de son poste au CSAIL. La Free Software Foundation (FSF) a ensuite annoncé que Richard Stallman a également quitté le conseil d’administration de la fondation, notamment le poste de président qu’il occupait. Ces démissions font suite aux commentaires de Stallman sur les victimes du trafiquant d’enfants Jeffrey Epstein.

Stallman compte rester à la tête du projet GNU

Cependant, en dépit des liens étroits entre le projet GNU et la FSF, Stallman a annoncé hier que sa démission de la présidence de la FSF ne l’empêche pas de rester à la tête du projet GNU. Il a indiqué que le projet GNU et la FSF ne sont pas identiques. Par conséquent, il a l’intention de rester à sa tête. « Le 16 septembre, j’ai démissionné de mon poste de président de la FSF, mais le projet GNU et la FSF ne sont pas les mêmes. Je suis toujours à la tête du projet GNU (le Chef GNUisance), et j’ai l’intention de continuer ainsi », a écrit Stallman dans son courrier.

En effet, GNU est un système d’exploitation constitué de logiciel libre. L’acronyme récursif GNU signifie GNU’s Not Unix (« GNU n’est pas UNIX »). GNU est un système d’exploitation de type Unix. Cela signifie qu’il s’agit d’un ensemble de nombreux programmes : applications, bibliothèques, outils de développement, même des jeux. Le développement de GNU, entamé en janvier 1984, est connu sous le nom de projet GNU. Un grand nombre des programmes qui font partie du système GNU sont publiés sous les auspices du projet GNU.

Le projet GNU, c’est quoi ?

Le système d’exploitation GNU comprend des logiciels GNU ainsi que des logiciels libres publiés par des tiers. Le développement de GNU a rendu possible l’utilisation d’un ordinateur sans logiciel susceptible de bafouer votre liberté. Les systèmes d’exploitation Unix fonctionnent tous grâce à un programme appelé « noyau ». Dans son cas, le système d’exploitation GNU est utilisé avec le noyau Linux. Cette association forme le système d’exploitation GNU/Linux. GNU/Linux est utilisé par des millions de gens, même si beaucoup l’appellent « Linux » par erreur.

Autrement dit, dans le monde informatique, beaucoup de personnes utilisent une version modifiée du système GNU sans s’en apercevoir. À la suite d’une tournure particulière des événements, la version de GNU qui est largement utilisée aujourd’hui est souvent appelée « Linux » et beaucoup de ses utilisateurs ne savent pas qu’il s’agit essentiellement du système GNU, développé par le projet GNU. Il existe bien un Linux qu’ils utilisent, mais c’est juste une partie du système GNU.

Linux est le noyau, c’est-à-dire le programme du système qui alloue les ressources de la machine aux autres programmes qu’on exécute. Le noyau est une partie essentielle du système d’exploitation, mais seul, il est inutile. Linux est normalement utilisé en combinaison avec le système d’exploitation GNU : le système complet est essentiellement GNU auquel on a ajouté Linux, ou GNU/Linux. Toutes les distributions appelées « Linux » sont en réalité des distributions de GNU/Linux. Pour populariser le projet GNU et le logiciel libre, Stallman crée la FSF en 1985.

En 1985, Richard Stallman crée la Free Software Foundation (FSF), un organisme à but non lucratif qui permettra l’embauche de programmeurs et la mise sur pied d’une infrastructure légale pour la communauté du logiciel libre. Le logiciel libre est un logiciel que les utilisateurs sont libres d’exécuter, de copier, de distribuer, d’étudier, de modifier et d’améliorer. La même année, Stallman a publié le manifeste GNU dans lequel il fit connaître les motivations et les objectifs du projet et demande l’appui de la communauté informatique mondiale.

Y a-t-il une différence entre la Free Software Foundation et le projet GNU ?

La Fondation pour le logiciel libre (FSF – Free Software Foundation) est une organisation à but non lucratif dont la mission est de promouvoir au niveau mondial la liberté d’utiliser l’informatique. Elle défend les droits de tous les utilisateurs de logiciel et soutient le mouvement du logiciel libre. Ce mouvement milite pour que les utilisateurs de l’informatique gagnent la liberté garantie par le logiciel libre. Ce dernier donne aux utilisateurs le contrôle de leur informatique. Le logiciel non libre, au contraire, place les utilisateurs sous le pouvoir de son développeur.

La FSF aide aussi au financement du projet GNU depuis l’origine et son nom est associé au mouvement du logiciel libre. La fondation est à l’origine des quatre règles fondatrices du logiciel libre :

  • la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;
  • la liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de l’adapter à ses besoins. Pour ceci, l’accès au code source est une condition requise ;
  • la liberté de redistribuer des copies, donc d’aider son voisin ;
  • la liberté d’améliorer le programme et de publier des améliorations, pour en faire profiter toute la communauté. Pour ceci l’accès au code source est une condition requise.

La Free Software Foundation est une actrice majeure dans la communauté du logiciel libre. Elle compte à ce jour plusieurs milliers d’adhérents à travers le monde. Elle soutient par ailleurs plusieurs projets en dehors du projet GNU. Vu sous cet angle, Stallman a-t-il raison d’affirmer que la FSF et le projet GNU ne sont pas identiques ? Stallman entend-il dissocier le projet GNU de la FSF ? Son message n’est pas clair à ce sujet, mais toute sorte de rumeurs circulent déjà dans la communauté à propos de ce que son mail veut dire exactement.

Le site Web de la fondation renseigne qu’elle fournit l’infrastructure critique et le financement du projet GNU, base de la célèbre famille de systèmes d’exploitation libres GNU/Linux et clé de voûte de l’Internet. Stallman a affirmé qu’il était toujours à la tête du projet GNU et qu’il a bien sûr l’intention de continuer ainsi. Richard Stallman envoie-t-il un message à la Free Software Foundation ? Si oui, que répondra la FSF à ce propos ? Pour l’instant, il n’y a aucune déclaration de la part de la FSF, mais l’on estime que cela ne saurait tarder.

La Software Freedom Conservancy n’a pas apprécié les commentaires de Stallman sur l’affaire Marvin Minsky

Cela dit, rappelons que depuis le début du scandale Jeffrey Epstein, les commentaires apportés par Stallman n’ont pas été du goût de la FSF, ce qui est à l’origine de son départ du conseil d’administration de l’organisation. Stallman s’est prononcé sur le cas de Marvin Minsky, un ancien collaborateur du MIT dans le domaine de l’IA, accusé d’avoir agressé sexuellement une des victimes de Jeffrey Epstein. Selon Stallman, la victime d’Epstein se serait présentée à [Marvin Minsky] comme étant tout à fait consentante. Il a également remis en cause l’utilisation du mot viol dans ce cas précis.

La FSF a défendu à Stallman de parler au nom de l’organisation. « Considérés avec d’autres commentaires répréhensibles qu’il a publiés au fil des ans, ces incidents forment un modèle de comportement incompatible avec les objectifs du mouvement pour le logiciel libre. Nous appelons Stallman à se retirer des postes de direction de notre mouvement », a déclaré la Software Freedom Conservancy sur son site ce lundi. La Software Freedom Conservancy n’a pas apprécié que Richard Stallman se prononce sur des questions aussi sensibles.

« Nous rejetons toute association avec un individu dont les paroles et les actions sapent ces objectifs [la promotion du logiciel libre]. Nous attendons avec impatience de voir l’action de la FSF dans ce domaine et tenons à souligner que permettre à Stallman de continuer à occuper une position de leader serait un compromis inacceptable. Plus important encore, nous ne pouvons soutenir quiconque, directement ou indirectement, qui tolère la mise en danger de personnes vulnérables en rationalisant le comportement des prédateurs », a ajouté la l’association.

La Software Freedom Conservancy va-t-elle tolérer le fait que Stallman demeure à la tête du projet GNU ? La fondation ne s’est pas encore prononcée à ce sujet, mais Stallman a notifié dans son mail qu’il n’entendait pas se retirer de la tête du projet. D’autres personnes également ne souhaitent pas que Stallman continue à la tête du projet.

Source : Richard Stallman, GNU/Linux

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Stallman a-t-il raison de dire que la FSF et le projet GNU ne sont pas identiques ?
La Software Freedom Conservancy va-t-elle tolérer le fait que Stallman demeure à la tête du projet GNU ?

Voir aussi

Richard Stallman démissionne du CSAIL au MIT ainsi que de son poste de président de la Free Software Foundation, suite à ses commentaires sur l’affaire Jeffrey Epstein

« Richard Stallman ne parle pas et ne peut pas parler au nom du mouvement du logiciel libre », a déclaré la Software Freedom Conservancy qui désapprouve ses commentaires sur l’affaire Jeffrey Epstein

Richard Stallman était invité à prendre la parole au siège de Microsoft Research, l’initiateur du mouvement du logiciel libre partage son expérience

Source

Sharing is caring!

Leave a Reply