Les développeurs Debian appelés à voter pour juger de leur intérêt pour « la diversité du système init », cinq ans après le vote qui a conduit à l’adoption de systemd

Uncategorized

En 2014 a eu lieu un vote à l’issue duquel systemd, le démon init qui a été l’objet de débats houleux, a été adopté par Debian. En effet, en février 2014, le comité technique en charge de Debian avait décidé que pour la prochaine version majeure de l’OS, systemd serait utilisé comme système d’initialisation par défaut. Cependant, systemd était rejeté par certains membres de la communauté open source, qui estimaient que le projet allait à l’encontre de la philosophie Unix et que ses développeurs ont un comportement anti-Unix, du fait que systemd est incompatible avec tous les systèmes non Linux.

Des administrateurs utilisant Debian ont menacé en octobre 2014 de forker Debian Jessie si systemd venait à être utilisé par défaut. Quelques semaines après, quatre membres éminents de la communauté Debian ont démissionné de leur fonction ou ont réduit leur participation. Colin Watson et Russ Allberry, deux membres du comité technique du projet Debian, ont annoncé respectivement leur démission le 8 et le 16 novembre 2014.

Suite à toutes ces pressions, un autre vote avait été initié par le comité technique en ce qui concerne systemd avant que les fonctionnalités qui seront proposées dans « Jessie » ne soient gelées. Plusieurs options (au total cinq) ont été proposées pour la résolution du conflit. Ian Jackson, un membre du comité technique avait proposé l’adoption d’un couplage des systèmes d’initialisation, arguant que les paquets Debian n’ont pas, en général, besoin d’un système d’initialisation spécifique, et qu’il fallait adopter une directive technique pour obliger cela, sauf dans des cas individuels justifiés. Un autre développeur a proposé que la prise en charge d’autres systèmes d’initialisation soit recommandée, mais pas obligatoire.

Finalement, l’utilisation de systemd comme prévu initialement a été maintenue. Les résultats du vote ont été publiés en novembre 2014.

Cinq ans plus tard, Debian a lancé un nouveau vote pour juger de l’intérêt pour « la diversité du système init » et à quel point les développeurs Debian se soucient (ou non) de soutenir des alternatives à systemd.

En raison des opinions divergentes des développeurs Debian sur la gestion des bogues non-systemd en 2019 et de l’intérêt / de l’engagement à soutenir les alternatives systemd dans le cadre du packaging Debian et de divers points de friction connexes, ils cherchent à adopter une nouvelle résolution générale sur la pondération de la diversité du système init.

Après les commentaires du public, les huit options de vote par les développeurs Debian incluent :

  • Choix 1: F: Focus sur systemd.
  • Choix 2: B: Systemd mais nous soutenons l’exploration d’alternatives.
  • Choix 3: A: La prise en charge plusieurs systèmes d’initialisation est importante.
  • Choix 4: D: Prise en charge des systèmes non-systemd, sans bloquer la progression.
  • Choix 5: H: Prise en charge de la portabilité, sans bloquer la progression.
  • Choix 6: E: La prise en charge de plusieurs systèmes d’initialisation est requise.
  • Choix 7: G: La prise en charge de la portabilité et de plusieurs implémentations.
  • Choix 8: Poursuite de la discussion.

L’appel au vote a été annoncé il y a peu sur la liste de diffusion et le vote se termine le 27 décembre. Peu de temps après, nous devrions apprendre ce que la communauté de développement Debian a décidé pour le futur rôle du support non-systemd par la distribution.

Source : liste diffusion Debian

Et vous ?

Que pensez-vous de systemd ?
Si vous deviez faire un choix parmi les 8 qui ont été proposés aux développeurs Debian, lequel feriez-vous ?

Voir aussi :

La version 8.6 de Knoppix devient la première de la distribution Linux basée sur Debian à abandonner systemd, son créateur en explique les raisons
Buster, la version 10 de Debian Linux est disponible avec le support du Secure Boot et plus de paquets que Stretch
Le système d’exploitation Debian 10 « Buster » de GNU/Linux sortira le 6 juillet 2019, avec de nombreuses fonctionnalités et améliorations
Une faille grave du noyau Linux a été découverte dans RDS, Red Hat, Ubuntu, Debian et SUSE affectées
Le projet Debian pourrait se retrouver sans chef à sa tête, car personne ne semble vouloir le diriger

Source

Sharing is caring!

Leave a Reply